Frederick Stibbert

frederick_stibbert_3.jpg

La famille Stibbert, en particulier le père de Frederick, Thomas Stibbert, originaire du comté de Norfolk, se transféra en Italie après les campagnes anti-napoléoniennes. Il décida par la suite de s'établir à Rome puis à Florence où il épousa une jeune toscane du nom de Giulia Cafaggi.
 A la naissance de Frederick en 1838 à Florence, se forma un dénominateur commun entre les trois générations britanniques, anglo-indienne et italienne, ce qui aura une grande influence sur l’éduction de Stibbert et sur ses choix culturels.
 Citoyen anglais éduqué à Cambridge, il supporte très mal la rigueur des collèges et il restera toujours attaché à sa résidence florentine et notamment à la maison de Montughi, achetée par sa mère.
 Impliqué dans les affaires italiennes, il s'engage auprès des troupes de Garibaldi pour la campagne du Trentin de 1866, obtenant une médaille d'argent de la valeur militaire ; ce fut son unique contribution directe à la tradition militaire de la famille.
 A sa majorité, en 1859, Frederick hérite d'un énorme patrimoine dont il s'occupera toute sa vie durant avec diligence et intuition. Il saura le faire fructifier grâce à d’habiles opérations financières, favorisées par les contingences historiques en rapport avec l'unification italienne et avec les évènements économiques qui suivirent qui furent à l’origine de la demande de capitaux d'investissement dans un pays en pleine transformation.
 Il profita de sa grande expérience financière internationale, de voyageur et de collectionneur passionné pour contrôler les offres du marché des antiquaires en Europe pendant environ cinquante ans, ce qui lui permit de réaliser le grand projet de sa vie : la transformation de la villa de Montughi qui devint "son Musée". Pour perpétuer l’entretien du Musée, il demanda qu'à sa mort, en 1906, celui-ci devienne un musée public et qu'il soit confié à la ville de Florence.